Peinture Vidéo Activités interdisciplinaires Groupes de recherche Publications Bio Contact

 

• Musique/Oustvolskaïa/Peinture (2014- )
• Petits tableaux (2014- )
• Traduction et reprise (2013- )
• Musique/Feldman/Peinture (2007- )
• Murs d'atelier (2002-  )
• Dessin (2002-  )
• Surface d'enregistrement (2002-2006)
• Vidéo/Vertov/Peinture (1997-2001)
• Vidéo/Peinture (1990-1996)
• Peinture (1989-1990)

TRADUCTION ET REPRISE

Les œuvres ont une durée de vie qui leur est propre. Elles vieillissent, certes, et pour certains, elles apparaîtront un jour datées, désuètes, voire anachroniques. Mais pour l'artiste qui les a créées, indéniablement, cet « anachronisme » ne peut être que vivifiant. Une œuvre peut vieillir, mais de son auteur elle exigera en même temps une vigilance à toute épreuve. L'artiste ne doit jamais la perdre de vue; il doit la relire et, mieux encore, la revisiter, la traduire...

Ainsi, chez Mario Côté, la « traduction » prend un sens très personnel et elle joue un rôle déterminant dans ses dernières œuvres. Pour lui, « traduire » signifie donner une autre vie à une œuvre, la dévoiler dans une « autre langue », mais dans la transparence. Et toute traduction, si elle renvoie à un original même de façon fugitive, invite au jeu de la reprise, qui sera fidèle sans être identique. Un tel processus est constant dans le travail de Mario Côté et s'affirme résolument dans de nouvelles séries de tableaux. Dans Planches d'abstraction (2013), titre déjà emprunté à une série de tableaux des années 1990, l'artiste se réfère à un souvenir d'enfance, où il avait été appelé à réaliser des peintures par numéros, mais y pervertit la relation images et chiffres. Aujourd'hui, il rejoue cette « invention » en remplaçant la grille classique (qui devrait révéler l'image cachée) par une nouvelle grille, qu'il utilise depuis 2008, où tous les sons de la gamme tempérée sont associés à une couleur et à un chiffre. Dans la série Reprise, il se permet de retoucher des toiles réalisées il y a dix ans en y intégrant un motif apparu dans des tableaux récents. Enfin, avec la série Saluade, il reprend volontairement des « manières » de peindre empruntées à des amis peintres en les intégrant à des surfaces qui appartiennent à son récit personnel, réalisant de la sorte un hommage pictural.

crédit photo Guy L'Heureux